novembre – décembre 2021

vendredi 26 novembre
19h30 – concert de Funky Dirty Chicken
21h – projection de Banzaï, un documentaire d’Etienne Labroue (2012, 60min)

vendredi 3 décembre
18h – plateau de Radio Pikez, antiterrorisme et désinformation
19h30 – projections de la fiction Après les nuages, du collectif les Scotcheuses (2020, 45min) & du documentaire Tisseurs de colère d’Aurélien Blondeau (2020, 1h20)

samedi 4 décembre
16h – projection de La Bataille de la Plaine, un documentaire de Sandra Ach, Nicolas Burlaud et Thomas Hakenholz (2020, 1h14)
19h30 – concert chansigne d’Albaricate

plus d’infos à retrouver sur le site du festival intergalactique de l’image alternative

À propos de l’article du journal Bikini portant sur les « squats artistiques »

Dans son numéro de septembre-octobre, le journal gratuit BIKINI consacre un article au déménagement de l’Élaboratoire, squat artistique rennais historique. Ce papier, qui traite également de l’Avenir, mérite une réponse de notre part.  Julien Marchand, journaliste et directeur de publication de BIKINI nous a sollicité au début de l’été. Nous avons décidé de décliner cette proposition par deux fois. Pourtant, monsieur Marchand s’est permis d’insister lourdement. Ignorant délibérément une décision collective, il s’est présenté à l’Avenir où il a croisé des membres du collectif et des habitués trop polis pour lui indiquer la sortie. Un tel procédé ne fait ni honneur à monsieur Marchand ni à sa profession. 

L’article fait un parallèle entre l’Avenir et des squats artistiques bretons, pourtant bien différents dans leurs fonctionnements, pratiques et objectifs. Rappelons, entre autres, que l’Avenir est une salle polyvalente, autogérée par un collectif au fonctionnement horizontal, et sans habitation.

BIKINI rapporte par ailleurs les propos de Yohann Nédélec, adjoint au centre-ville, avec lequel nous avons eu l’occasion d’échanger à deux reprises. Le collectif a lors de ces rencontres ouvert la porte à un « dialogue » concernant les perspectives du lieu. Nous ne favorisons aucun scénario à ce stade. 
 
Mais la « piste privilégiée » que livre ici monsieur Nédélec nous a pour le moins surpris, bien que nous commencions à nous habituer à son exubérante communication.  Il déclare en effet vouloir intégrer l’Avenir « au plan d’aménagement actuellement en cours place Guérin », en imaginant « un espace cogéré, construit de façon collaborative, ouvert sur la ville, un lieu de passage urbain… Un modèle qu’on retrouve dans d’autres villes européennes mais qui n’existe pas encore sur Brest. » Le tout est présenté comme un projet de « communs », une belle idée noyée dans un vocabulaire digne d’un espace de coworking. Rappelons encore une fois que l’Avenir ne sera jamais l’un de ces « tiers-lieu » qui à Paris, Bruxelles ou Berlin, servent de réserve foncière tout en fournissant aux municipalités un supplément de hype à peu de frais. 

On ne peut par ailleurs qu’être préoccupés en constatant que les élus consacrent davantage d’énergie à penser le quartier à la place de ses habitant.es qu’à permettre à celles et ceux qui le font vivre d’y rester. À Guérin comme ailleurs, la hausse des loyers et l’emballement de l’immobilier renforcent la pauvreté et le creusement des inégalités, engendrant des problèmes de logement et des situations difficiles.  Mais la municipalité semble préférer dédier ses séances de brainstorming à d’énièmes projets hors-sol, plutôt que de penser à la préservation du tissu populaire brestois et de ses solidarités.   

Passé, présent, l’Avenir !

Voilà quelques années que le collectif n’avait pas mis à jour le texte
sur l’histoire et les enjeux de la lutte pour la salle de
l’Avenir. C’est désormais chose faite !

Il s’agit d’abord de revenir sur l’histoire du site et de la lutte
contre sa privatisation. On y raconte aussi le processus
d’auto-construction de cette salle de quartier que la municipalité nous
avait initialement promise. Pour finir, on y évoque les problématiques
qui se posent en ce début de nouveau mandat municipal, notamment face à
la gentrification du centre-ville de Brest.


Le texte est à retrouver en cliquant sur l’image ci-dessus, ou via l’onglet Historique. Il est également possible de télécharger le PDF. Enfin, une version imprimée sera bientôt disponible dans le quartier. Bonne lecture !

Aux usager.es, ami.es et habitué.es de l’Avenir

En cette période décidément bien morne, où les occasions de se croiser se font rares, il nous a semblé nécessaire de donner quelques nouvelles.

Comme vous l’avez peut-être lu dans la presse ou appris par la bande, le collectif a été contacté voilà plusieurs mois par Yohann Nédélec, adjoint au maire en charge du centre-ville. Une rencontre s’est finalement tenue le 7 décembre dernier au PL Guérin, entre Yohann Nédélec, Gwendal Quiguer (conseiller municipal délégué à la « Participation, initiatives citoyennes, innovation sociale et communs ») et cinq membres du collectif.

Deux choses sont à retenir de cette réunion :

Premièrement, l’Avenir est dans le collimateur de la sous-préfecture.

Deuxièmement, une fois cette menace écartée, la mairie aimerait trouver un compromis permettant au lieu de continuer ses activités dans un cadre qui resterait à définir.

Contrairement à ce qu’avance Y. Nédélec dans le Télégramme du 30-01-21, ce n’est certes pas à la collectivité de décider « d’aménager » un projet, l’Avenir existe déjà depuis 5 ans, reposant sur des bases expérimentales d’autogestion solides qui ont fait largement leurs preuves à travers de joyeux multiples usages du lieu.

Sur ce point, nous avons expliqué aux élus que nous ne prendrions aucune décision portant sur une modalité de fonctionnement pérennisée sans en avoir préalablement discutés avec le plus grand nombre lors d’une réunion publique. qui pour le moins reste difficile à réaliser dans l’immédiat compte tenu du contexte sanitaire.

Devant le risque d’intervention policière à court terme, nous avons cependant choisi de temporiser sur quelques points concernant les normes d’accueil du public, sujet qui semble particulièrement crisper la sous-préfecture. 

Cette démarche ne nous met toutefois pas le lieu à l’abri d’un coup de force policier. La période y est propice et d’autres lieux collectifs, en Bretagne et ailleurs, font face aux mêmes genres de menaces. C’est pour cette raison que nous appelons tout.es les ami.es, habituées usager.es de l’Avenir et de la place Guérin à la vigilance.

Nous vous tiendrons bien entendu informés de l’évolution de la situation.

A très vite à Guérin ou ailleurs,

Le collectif « Pas d’Avenir Sans Avenir »

octobre 2020

vendredi 16 octobre, dès 18h
soirée expo/souscription façon cabaret

Gueule d’Or, une BD sur l’histoire de l’anarcho-syndicalisme à l’Arsenal

expo · souscription · infokiosque · buffet · buvette
cabaret avec Jacky Bouillol, Girou, AKA

Nous « un collectif de Brest même » avons comme projet l’édition d’une bande Dessinée oubliée depuis 25 ans qui parle du Brest d’avant-guerre et son syndicalisme libertaire. Cette bande dessinée, Gueule d’Or, est une machine à remonter le temps. Elle verra le jour, suite à cet appel à souscription, pour les 150 ans de la Commune de Paris en mars 2021 !
L’histoire de la BD commence par la (re)découverte de photocopies de planches et de bien d’autres réalisations (affiches et illustrations antimilitaristes pour la Fédération Anarchiste, BD antinucléaire en langue bretonne, etc.) documents dessinés par Kristen Foisnon, un copain décédé en 1996. L’idée de créer l’association des Amis de Kristen Foisnon est née afin de se lancer dans l’édition de ce « trésor libertaire ». Les planches de la BD, sans ombrages mais achevée (originaux perdus), passent en ce moment une à une, entre les mains de Marine Summercity, une copine graphiste, afin de finaliser l’ouvrage et de le rendre éditable.

 

samedi 17 octobre, dès 14h
l’avenir fête ses 5 ans

slam · hip-hop · impro

rock · reggae · jonglage

lever du pignon au goûter

couscous le soir

samedi 24 octobre

 

dimanche 25 octobre, dès 18h

La tournée qui fête la sortie des trois dernières cassettes du label Fougère

septembre 2020

Mud and Dust, Folk electro boueux (Brest)

c’est la réunion de trois musiciens, ayant bricolé leurs instruments avec des débris (et une batterie), et qui rendent hommage à de grands classiques rock en les réarrangeant avec de la boue et de la poussière.

 

Babacar Gueye, jeune sénégalais de 27 ans a été tué par la police sur le
quartier de Maurepas à Rennes en 2015. Depuis, le collectif Justice &
Vérité pour Babacar lutte aux côtés d’ Awa Gueye, sœur de Babacar, pour
qu’une enquête soit faite sur les circonstances de la mort de son petit
frère et que les assassins soient traduits en justice.

Un week-end de soutien au collectif Justice & Vérité pour Babacar aura
lieu les 11-12-13 septembre à Brest à l’Avenir !
Au programme : Atelier,rencontres, projections, discussions et concerts,
étincelles de spectacle pour les yeux !

 

Bureau Falaise vous invite à deux jours de festivités autour de l’impression,
où l’on pourra s’initier à diverses techniques chaque après-midi (de la sérigraphie à la gravure en passant par la typo ou le cyanotype)

 

Chantier 4

Parce qu’il faut bien finir un jour ce beau  chantier mur et que les beaux jours heureux arrivent, on vous attend pour la cette dernière  saison qui aura lieu du jeudi 25 au samedi 27 Juin 2020.
Nous allons finaliser l’enduit  chaux /sable à l’intérieur du hangar sur le mur du fond (prévoir une tenue appropriée et une paire de gants).
Le contremaitre n’étant toujours pas très regardant, on peux arriver à la première heure ou à la dernière journée, débutant·e ou expérimenté·e.
Comme les dernières fois, chaque demi-journée commencera par un point chantier/café à 9h00 et 13h30 . Le midi c’est cantine collective pour les travailleur·se·s.
à bientot !

l’Avenir suspend ses activités publiques

Salut à vous,

L’avenir est par définition un lieu collectif et autogéré !
Donc, la préoccupation du moment est plutôt de ne pas mettre trop de gens ensemble dans le cadre de précautions pour la santé.
À chacun d’en être conscient, responsable, en somme de s’ auto-gérer.
Il ne s’agit pas de fermer ce lieu aux collectifs mais bien de se protéger mutuellement et porter soin et bienveillance aux autres.
Pour des raisons évidentes, les activités ouvertes au public sont suspendues jusqu’à la fin du confinement.

Portez-vous bien / Portons-nous bien et à très bientôt !

contact : avenir@riseup.net